Bienvenue sur le site 2-AS

Activités 2-AS

Téléchargements gratuits :
Surdifiches, Polices, Etudes, etc.

Humour, jeux, Collections
    1. Philatélie sourde
    2. Entiers postaux
    3. Timbres
      1. Afrique
      2. Amerique
      3. Asie
      4. Europe
      5. Moyen Orient
      6. Oceanie
    4. 1er jour : cartes et enveloppes
    5. Flammes
    6. Vignettes
    7. Cartes postales
    8. Signes des entendants
    9. Remerciements
    10. Expositions
    11. Contact collectionneurs

Informations Générales
druckversionImprimer cette page
Appel d'urgence n° 114
par Fax ou SMS



 

Sourde philatélie / Deaf stamps

(collection de Yves Delaporte)

Cliquez sur la flèche pour aller voir l'enveloppe 1er jour du timbre ou un autre timbre sur le même thème.

Albanie
Macédoine
Estonie
Moldavie
Slovaquie
Andorre
Slovénie
Gibraltar
Biélorussie
Ukraine
Lituanie
Croatie

République Tchèque

Lettonie
Monténégro
Roumanie
ÎLES
Guernesey
-
Islande
Féroé
Jan Mayen
-
-

Personnages
Henri-Daniel Guyot  
Alexander Graham Bell Abbé de l’Épée (Allemagne)
Liste en construction
Samuel Heinicke  
Bernardino di Betto (Allemagne) Abbé de l’Épée (Autriche)   Helen Keller  
Bernardino di Betto (Italie) Abbé de l’Épée (Pays-Bas)    Heinrich Schliemann  
Luis Bunuel Furtwngler   Bedrich Smetana  

ALLEMAGNE

 

 

 

 

 

 

 

ALLEMAGNE. 1943.
Y&T n°

La ville de Theresienstadt (nom allemand de Terezin, en Moravie) est vidée en 1941 de sa population tchèque pour y implanter un ghetto prétendument administré par les juifs, en prévision d’une visite du Comité international de la Croix-Rouge.
De faux magasins et cafés y sont construits, et les visiteurs de la Croix-Rouge assisteront même à un opéra.
La mise en scène incluait l’impression d’un timbre-poste et de billets de banque qui n’avaient cours qu’à l’intérieur du ghetto. Sur le timbre, figurent les monts des Sudètes.
Sur 144 000 juifs passés par Theresienstadt, moins de 20 000 survécurent. Les autres moururent sur place ou dans les camps d’extermination de Pologne.
Étaient notamment regroupés à Theresienstadt des juifs de différents pays occupés et appartenant à des catégories particulières : personnalités connues telles qu’artistes et musiciens, aveugles et sourds.

ALLEMAGNE. 1944.
Y&T n° 139.

Bedrich Smetana (1824-1884), compositeur, pianiste et chef d’orchestre tchèque.
Devenu totalement sourd à l’âge de cinquante ans, il ne se consacre plus qu’à la composition d’œuvres musicales.

L’hommage que lui rend le régime nazi avec ce timbre ne manque pas de saveur lorsqu’on sait que Smetana était un membre actif du mouvement nationaliste tchèque.

 

ALLEMAGNE (RDA). 1955.
Y&T n° 225.

Tableau de Bernardino di Betto (1454-1513), peintre sourd-muet dit « Il Pintoricchio » ou « Il Pinturicchio » (Le petit peintre).

 

 

 

Timbre d’Italie (2008).
FDC Italie.
Timbre de l'Ordre de Malte.

ALLEMAGNE (RDA). 1978.
Y&T n° 1983.

Samuel Heinicke (1727-1790) fonde en 1778 à Leipzig une « Institution pour muets et personnes présentant des troubles de la parole ».
Sa controverse avec l’abbé de l’Épée est célèbre et conduira à opposer pendant longtemps la « méthode française », celle qui utilise les signes, et la « méthode allemande », purement oraliste.
Heinicke reproche à l’abbé de l’Épée d’utiliser « plus de signes que les Chinois », tandis que ce dernier lui rétorque que faire croire que l’on peut enseigner aux sourds-muets par la parole, c’est « jeter de la poudre aux yeux de la foule ignorante ».

Flamme Berlin (Eschke)

ALLEMAGNE (RDA). 1978.
Y&T n° 1984.

« 200 ans d’éducation des déficients auditifs ».
Commémoration de la fondation en 1778 de l’« Institution pour muets et personnes présentant des troubles de la parole » par Samuel Heinicke.
Stimulation auditive avec appareil en boîte et articulation du son « L », accompagnée de la lettre manuelle correspondante.

Vignette.

ALLEMAGNE (RFA). 1980.
Y&T n° 899.

« Congrès international pour l’éducation et la formation des déficients auditifs » tenu à Bonn le 10 juillet 1980.
L’oreille qui apparaît sur le timbre est en relief, à destination des aveugles.

 

 

ALLEMAGNE (RFA). 1985.
Y&T n° 750.

Compositeur renomm, considr par certains comme le plus grand chef dorchestre qui ait jamais exist, lAllemand Furtwngler (1886-1954) est devenu sourd sur la fin de sa vie.
Il prouvait une admiration sans bornes pour luvre de Beethoven, cet autre clbre musicien sourd.


AUTRICHE.

AUTRICHE. 1979.
Y&T n° 1432.

« 1779-1979 : deux cents ans de formation des déficients auditifs ».
Bicentenaire de la fondation de l’Institution pour sourds-muets, à Vienne en 1779, deux ans après une visite que l’empereur Joseph II, beau-frère de Louis XVI, avait faite à l’abbé de l’Épée.
On trouve le récit de cette visite, devenue légendaire, dans Maryse Bézagu-Deluy, « L’abbé de l’Épée », Seghers, 1990.

 

 

FDC


BELGIQUE

BELGIQUE. 1962.
Y&T n° 1225/30.
Surtaxe au profit des enfants handicapés.

Timbres émis dans une série sur les différents handicaps.

Premier timbre : stimulation auditive au moyen d’un casque avec phonaudioscope et oscilloscope.

 

Second timbre : selon les services postaux belges, il représente également une fillette sourde.

 

 

 

 

 

BELGIQUE. 1994.
Y&T n° 2580.

Les malentendants.

 

Dépliant émis à cette occasion (pdf-3 pages).

FDC


BOSNIE-HERZÉGOVINE

 

BOSNIE-HERZÉGOVINE. 2009.
Y&T n° .

Traduction en langue des signes de la phrase « Bosno i Hercegovino, volim te » (« Bosnie-Herzégovine, je t’aime »).
Des flèches indiquent le mouvement de chaque signe, mode de représentation jusqu’ici réservé aux publications à visée pédagogique ou scientifique.
C’est le premier timbre-poste au monde qui montre une phrase signée.

FDC


BULGARIE

BULGARIE. 1979.
Y&T n° 2455.

Huitième congrès de la Fédération mondiale des Sourds, tenu à Varna en Bulgarie.

 

 

 

 

 



BULGARIE. 1993.
Y&T n° 3519 à 3522.

Dix-septièmes Jeux mondiaux des sourds tenus à Sofia.

Cinq timbres représentent :

- l’athlétisme, figuré par la barre des sauts en hauteur et à la perche (valeur 1.00);

 

 

 

 

- la natation (valeur 2.00);

 

 

 

 

 

- le cyclisme (valeur 3.00);

 

 

 

 

 

- le tennis (valeur 4.00)

 

 

 

 

- Ci-dessous : le football (valeur 5.00, dans un bloc-souvenir).


FDC

DANEMARK

DANEMARK. 1985.
Y&T n° 854.

Cinquantième anniversaire de la création de l’Association nationale des sourds danois.
Le D de l’alphabet manuel représente à la fois l’initiale du mot « döva » (sourd) et celle du mot « Danmark ».

 

 

 

3 FDC


ESPAGNE

ESPAGNE. 1980.
Y&T n° 2220.

Centenaire de la naissance d’Helen Keller (1880-1968).
À gauche : communication en langue des signes des sourds-aveugles.

 

FDC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ESPAGNE. 1994.
Y&T n° .

Luis Bunuel (1900-1983), célèbre réalisateur d’origine espagnole, lié dans sa jeunesse au surréalisme dont toute son œuvre gardera la trace, était atteint de surdité. Celle-ci a influé sur ses méthodes de travail : il imposait sur les plateaux une organisation très stricte, se montrait peu communicatif et déléguait la post-synchronisation. On a souvent attribué à cette surdité son manque d’intérêt pour la musique, de plus en plus absente de ses films ; sans doute était-il, comme Hitchcock (qui n’était pas sourd), un cinéaste visuel pour qui le cinéma était avant tout un art de l’image.
On peut cependant noter la prédilection de Bunuel pour le tambour (voir la Carte premier jour), instrument dont les sons graves s’accordent avec une demi-surdité.
De sa longue collaboration avec Jean-Claude Carrière pour l’écriture de scénarios, Bunuel disait en riant : « Si je travaille avec lui, c’est parce qu’il a une voix que je peux comprendre, même s’il ne dit que des bêtises… » Deux de ses films, « La mort en ce jardin » (1956) et surtout « Tristana » (1970), mettent en scène des personnages de sourds-muets.

Timbre Turkmenistan
Timbre Mexique 2000.
FDC

ESPAGNE. 2006.
Y&T n° 3862.

« L'intégration des sourds dans la société » : les mains évoquent la langue des signes.

 

 

 

 


FINLANDE

FINLANDE. 1973.
Y&T n° .

Sculpture de Wäinö Aaltonen représentant le champion de course à pied Paavo Nurmi, surnommé « le Finlandais volant », détenteur de vingt-deux records du monde et douze médailles olympiques.

 

 

 

 

FINLANDE - EUROPA - CEPT. 1974.
Y&T n° 713.

La déesse de la Liberté (à gauche) s’adressant à la jeunesse, symbolisée par le personnage de droite. Sculpture de Wäinö Aaltonen (1894-1966), placée en 1940 dans l’Université d’Helsinki.
Aaltonen, sourd depuis l’enfance, est l’un des principaux sculpteurs finlandais du XXe siècle. Il a étudié le dessin à l’Ecole d’art de Turku, mais en tant que sculpteur c’était un autodidacte.
Influencées par les courants cubiste et futuriste, ses oeuvres sont souvent d’inspiration nationaliste. Nombre d’entre elles sont exposées à Turku, au Musée d’Art Wäinö Aaltonen.

FDC.

FINLANDE. 1982.
Y&T n° .

Soixante-quinzième anniversaire de la création du parlement finlandais.
Avec une sculpture de Wäinö Aaltonen, « Le futur ».

 

FDC

FINLANDE. 1984.
Y&T n° 915.

Timbre en hommage au poète finlandais Aleksis Kivi (1834-1872), pour le cent cinquantenaire de sa naissance.

En arrière-plan du poème « Le chant de mon coeur », est reproduit un bas-relief (voir la FDC) placé sur le socle d’une statue de Kivi, tous deux réalisés par Wäinö Aaltonen, artiste sourd.

FDC



FINLANDE. 1994.
Y&T n°1208 -1209.

Commémoration du centenaire de la naissance de Wäinö Aaltonen, artiste sourd (1894-1966).

- Premier timbre :

Sculpture monumentale placée dans l’espace public de Lahti (Finlande), près des tombes de 580 soldats finlandais morts pendant les combats de la Deuxième guerre mondiale.

 

- Second timbre :

Sculpture située dans l’espace public de Tampere (Finlande) depuis 1927.
Le timbre ne reproduit que la moitié de cette oeuvre dédiée à Aleksis Kivi : vraisemblablement la Muse inspirant le poète.

 

 

 

 

FDC

FINLANDE. 2009.
Y&T n° .

Oeuvre de Wäinö Aaltonen, artiste sourd (1894-1966).

 

 

 

 

 


FRANCE.

FRANCE. 1924 à 2011.

Voir la page spécifique

 

 

 

 


GRÈCE




GRÈCE. 1976.
Y&T n° .

LAllemand Heinrich Schliemann (1822-1890), riche homme daffaires puis, partir de 1870, aventurier rvant de mettre au jour les villes mythiques de lAntiquit, se transforma en archologue autodidacte.

Ses fouilles conduisirent la dcouverte de milliers dobjets, parmi lesquels ce quil prtendit tre le trsor de Priam et les bijoux dHlne de Troie. Personnalit trouble et trs controverse, Schliemann nen a pas moins t le pionnier de larchologie grecque.

Il devint sourd en quelques mois lge de 68 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


HONGRIE

HONGRIE. 1962.
Y&T n° 1491.

Andras Chazar (1745-1816), fondateur en 1802 de la première institution de Hongrie pour enfants sourds-muets, établie à Vác.

 

 

 

Entier postal.
Flamme.

HONGRIE. 1983.
Y&T n° 2856/2860.

Un faux timbre sourd !
Contrairement à une opinion répandue chez les philatélistes, « La Muta » (la muette), tableau qui n’a été que récemment attribué à Raphaël (1483-1520), n’a rien à voir avec la surdimutité.

Cette jeune femme non identifiée de la noblesse italienne n’a été taxée de mutité qu’en raison de son apparence réservée.

 


ITALIE.

ITALIE. 2004.
Y&T n°.

Conversation entre deux sourds-aveugles ou avec un sourd-aveugle.
Le moyen de communication représenté ici est vraisemblablement la méthode de Malossi, la plus utilisée en Italie. Lega del Filo d’Oro, « La ligue du Fil d’Or », est une association italienne qui œuvre en faveur des sourds-aveugles.
En France, le moyen de communication usuel est la langue des signes des sourds adaptée aux sourds-aveugles (cf. « Des signes des sourds à ceux des sourds-aveugles », article de Sandrine Schwartz dans « Patrimoine Sourd » n° 27, 2009).

Moyen de communication des sourds aveugles.

FDC.

ITALIE. 2008.
Y&T n°

Bernardino di Betto (1454-1513), peintre sourd-muet dit « Il Pintoricchio » (le petit peintre), surnom qu’il devait à sa très petite taille. Il s’exprimait en langue des signes.
Elève du Pérugin aux côtés de Raphaël, il devint peintre des papes, un titre envié.
Ses oeuvres sont exposées dans plusieurs grands musées, dont le Louvre.

 

FDC.
Timbre d'Allemagne 1955.
Timbre de l'Ordre de Malte.


KOSOVO (ou Kossovo)




KOSOVO (ou Kossovo). 2007.
Y&T n° -.

Emis par la mission intérimaire d’administration du Kosovo par l’ONU.
Convention sur les droits des personnes handicapées.

 

Y&T n° -.

Premier timbre :
Le signe d'origine américaine « Je vous aime » et l’oreille barrée.

 

 

Y&T n° -.

Deuxième timbre :
Le signe américain pour « Interprétation en langue des signes ».

 

 

 

 

 

Y&T n° -.

Troisième timbre :

L’oreille barrée.

 

 

 

 

 

Y&T n° -.

Quatrième timbre :
L’oreille barrée et le signe américain pour « Interprétation en langue des signes ».

 

 

 

FDC.


LIECHTENSTEIN

Cliquez sur l'image :
article d' expliquant la signification des points ronds
.

LIECHTENSTEIN. 1981.
Y&T n° 715.

Année internationale des personnes handicapées.
Les trois points noirs sont un symbole de la surdité, utilisé en Allemagne, Suisse, etc. Également en usage naguère en France, il a été remplacé par l’oreille barrée.

 

 

 

FDC Liechtenstein (1981).
Cartes Suisse 1925.
Pin's Allemagne.
Pin's Suède.

 


LUXEMBOURG

LUXEMBOURG. 1968.
Y&T n° 729.

Émis dans une série sur les différents handicaps.

D’après les services postaux luxembourgeois, il est censé représenter un enfant sourd essayant d’imiter le chant d’un oiseau...

 

 

 


MONACO

MONACO. 1970.
Y&T n° 841.
Alphonse de Lamartine (1790-1869), poète français et homme d’État.
Il dédia une poésie à Pierre Pélissier, poète sourd-muet qui voyait en lui son maître : « C’est par les sens en nous que descend la lumière ; Mais, je le reconnais à vos touchants accents, Dans votre âme captive elle entre la première, Supplée à la nature et se donne des sens ! »

MONACO. 1974.
Y&T n° .


Émis pour le quatrième centenaire de la naissance de Pierre de Ronsard.

France, 1924.
France, 1985.
Vignette France.

 

 

 

MONACO. 1980.
Y&T n° 1227.
Cinq centième anniversaire des « Essais », oeuvre magistrale de l’écrivain et philosophe humaniste Michel de Montaigne (1533-1592).
Montaigne, qui a rencontré des sourds-muets, fait l’éloge de leur langue : « Nos muets discutent, argumentent, et content des histoires par signes. J’en ai vu de si souples et si formés à cela, qu’en vérité il ne leur manquait rien à la perfection de se savoir faire entendre ».
Et, à propos des mains, élément central de la gestualité signifiante, il écrit ce morceau de bravoure : « Quoy des mains ? Nous requérons, nous promettons, appellons, congédions, menaçons, prions, supplions, nions, refusons, interrogeons, admirons, nombrons, confessons, repentons, craignons, vergoignons, doutons, instruisons, commandons, incitons, encourageons, jurons, témoignons, accusons, condamnons, absolvons, injurions, mesprisons, deffions, despitons, flattons, applaudissons, bénissons, humilions, mocquons, réconcilions, recommandons, exaltons, festoyons, resjouissons, complaignons, attristons, desconfortons, désespérons, estonnons, escrions, taisons : et quoy non ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MONACO. 1985.
Y&T n° 1501.

Sacha Guitry (1885-1957), homme de théâtre et de cinéma, auteur et acteur.
Il n’y a guère de pièce ni de film où Guitry ne mette en scène la surdité : le grand-père sourd-muet du « Roman d’un tricheur », une invitée dans « Désiré », un pharmacien dans « La poison », un millionnaire dans « Adhémar », un consommateur dans « Remontons les Champs-Élysées »...
Cette présence constante de la surdité provient de celle du père de Sacha.
Dans « Mon père avait raison », le fils met ces paroles dans la bouche du père : « Tu crois que c’est un inconvénient d’être dur d’oreille ? — Il me semble — Quelle erreur !... Une punition ? Pour les autres, oui ! C’est pour les autres que c’est fatigant... ce n’est pas pour moi !... Pour moi, c’est délicieux ! On ne me dit jamais que les choses essentielles. Comme on sait qu’il faut me crier dans l’oreille tout ce qu’on a à me dire, on réfléchit avant de me parler... c’est excellent pour tout le monde... Et moi ça ne m’empêche pas de parler... au contraire... Et on est obligé de m’écouter... Et on peut pas m’interrompre, moi ! Je n’entends pas ! »
France, 1986.
FDC, France, 1986.

MONACO. 1996.
Y&T n° 2067.

René Descartes (1596-1650), célèbre philosophe français, l’un des fondateurs du rationalisme.
Pour démontrer que le langage est « la vraie différence entre les hommes et les bêtes », Descartes évoque les sourds-muets qui, privés des organes de la parole, «  ont coutume d’inventer d’eux-mêmes quelques signes, par lesquels ils se font entendre à ceux qui étant ordinairement avec eux ont loisir d’apprendre leur langue. » (Discours de la méthode, 1649). Dans sa correspondance, il définit l’homme par ses « paroles ou autres signes », précisant aussitôt : « Je dis les paroles ou autres signes, parce que les muets se servent de signes en même façon que nous de la voix. » Descartes voit donc dans la langue des signes l’une des modalités du langage humain, équivalente en dignité aux langues vocales.

MONACO. 1987.
Y&T n° .

Centenaire de la première liaison télégraphique.

 

FDC USA 1944
Timbre Argentine 1944


NORVÈGE

NORVÈGE . 1979.
Y&T n° 749.

Année internationale de l’enfance.

Tableau de Mathias Stoltenberg (1799-1871).
Devenu sourd à l’âge de dix ans, Stoltenberg étudie l’art du portrait.
Il est le fils du fondateur de la Constitution norvégienne, mais une banqueroute qui ruine sa famille le conduit à devenir portraitiste itinérant.
Ses oeuvres sont redécouvertes dans les années 1910.

FDC


ORDRE DE MALTE

ORDRE DE MALTE. 1979. Y&T n° 176.

Le plus petit État du monde, dont le territoire souverain se limite au 68, de la rue Condotti à Rome, émet des timbres-poste dans un but exclusivement caritatif.
Ci-dessous, Bloc-souvenir formé de deux timbres représentant des tableaux de Bernardino del Betto, dit « Pintoricchio ».
Timbre d’Italie (2008).
Timbre d'Allemagne 1955.
FDC Italie.

Cliquez sur le bloc pour lire le texte de l'encart.


PAYS-BAS

PAYS-BAS. 1931.
Y&T n° 237.

Émis au profit des Œuvres pour l’enfance, c’est probablement le plus ancien timbre consacré explicitement à la surdité.
Il montre une séance de stimulation auditive et d’éducation à la perception de sa propre voix par un enfant sourd.

 

 

 

PAYS-BAS. 1935.
Y&T n° 272.

Émis au profit des Œuvres sociales.

Henri-Daniel Guyot (1753-1828), fondateur à Groningen en 1790 de la première Institution hollandaise pour enfants sourds-muets.
Guyot avait suivi les leçons que l’abbé de l’Épée donnait aux futurs maîtres, ce qui explique que l’actuelle langue des signes des Pays-Bas soit proche de la langue des signes française.

Flamme


POLOGNE

POLOGNE. 1956.
Y&T n° 845/846.

Premier championnat mondial d’échecs pour les sourds, à Varsovie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FDC
Pin's

 

 

 

 

 

 

 

 

POLOGNE. 1967.
Y&T n° 1632.

Cinquième congrès de la Fédération mondiale des Sourds, tenu à Varsovie en août 1967.
Les trois signes qui se succèdent sont quelque peu énigmatiques et ont donné lieu à diverses interprétations, rapportées en 1978 par Michel Landrieu dans un article de « La Caravelle ».
On a proposé d’y voir le mot anglais 5th « cinquième » (la première main pouvant représenter un 5, la deuxième un H, la troisième un T).
Un article publié en 1973 dans la revue « The Deaf American » propose d’y voir plutôt les trois lettres W, D et F, initiales de world, deaf et federation, autrement dit « Fédération mondiale des sourds ».
Tout cela est faux.
Il s’agit en réalité des trois premiers signes 5, K et O de « 5 Kongres Gluchych » (Cinquième Congrès des Sourds) dans l’alphabet manuel propre aux sourds polonais.
La phrase (voir ci-dessous) « 5 Kongres Gluchych » figure en entier en lettres manuelles sur une carte prétimbrée également émise par les postes polonaises pour ce congrès : on peut constater que les trois premiers signes sont ceux qui figurent sur le timbre.


La phrase « 5 Kongres Gluchych » de la carte prétimbrée polonaise

PORTUGAL

PORTUGAL. 1979.
Y&T n° 1432.

Cinquantième anniversaire du Bureau International d’Education.
Conversation gestuelle (entre un père et son fils, selon le catalogue Yvert & Tellier).

 

 


SAN MARIN

SAN MARIN. 1982.

Thomas Edison (1847-1931), célèbre inventeur devenu sourd à partir de l’âge de onze ans.

 

 

 

 

Timbre Mali.
Timbre Irlande.


SUEDE

SUEDE. 2003.
Centenaire de la Fédération nationale sportive (Riksidrottsförbundet) fondée en 1903.
Un des quatre timbres émis à cette occasion fait référence aux Jeux mondiaux des Sourds, avec le signe « sport ».

FDC

SUISSE. 1911 à 1939. Franchise.

Timbres de franchise postale émis pour des établissements et des sociétés de bienfaisance.
Les postes suisses les livraient directement à ces établissements et sociétés, qui les oblitéraient eux-mêmes. Il s’ensuit que ces timbres, déjà peu faciles à trouver oblitérés, sont aujourd’hui rarissimes à l’état neuf.
L’établissement ou la société bénéficiaire de la franchise postale est identifié par le numéro de contrôle figurant sur le timbre.
Il est essentiel de distinguer entre les petits chiffres et les grands chiffres : un même numéro ne renvoie pas au même établissement selon qu’il est composé de petits ou de grands chiffres.
Sur quelque deux mille timbres suisses de franchise, vingt-sept concernent les sourds-muets.

PETITS CHIFFRES

n° 255
Institut de sourds-muets.
Bettingen, canton de Bâle (1911-1932).

 

 

 

 

 

 

n° 389
Institut suisse d’enfants sourds-muets.
Turbenthal, près de Zürich (1911-1932).

 

 

 

 

 

 

n° 451
Société d’assistance aux sourds-muets.
Canton de Graubünden (1911-1939).

 

 

 

 

 

 

 

n° 588
Société suisse d’assistance aux sourds-muets.
Ville de Berne (1912-1923).

 

 

 

 

 

 

n° 672
Hospice pour sourds-muets.
Regensberg, canton de Zürich (1914-1932).

 

 

 

 

 

 

GRANDS CHIFFRES

1041
Institut de sourds-muets.
Ville de Saint-Gallen (1911-1932).

 

 

 

 

 

 

1074
Société d’assistance aux sourds-muets.
Canton d’Appenzell : Herisau (1911-1926) puis Trögen (1927-1928), Waldstatt (1929) et enfin Teufen (1932).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUISSE. 1962.
Y&T n° 693.

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), célèbre écrivain suisse de langue française. Avec celles de Montesquieu, Diderot, Voltaire et bien d’autres, son œuvre fonde le « siècle des Lumières », mouvement intellectuel substituant l’exercice de la raison aux vérités révélées de la religion.
Dans son « Essai sur l’origine des langues », Rousseau fournit la clé de la nature des langues signées : « Quoique la langue du geste et celle de la voix soient également naturelles, toutefois la première est plus facile et dépend moins des conventions : car plus d'objets frappent nos yeux que nos oreilles, et les figures ont plus de variété que les sons ». Voilà pourquoi les langues vocales sont fondées sur l’arbitraire du signe, tandis que les langues signées sont iconiques. L’iconicité n’a donc rien à voir, contrairement à ce que l’on a longtemps prétendu, avec une infériorité des langues signées, voire même avec un défaut d’intelligence des sourds : elle n’est que la conséquence nécessaire du monde tel qu’il est, dès lors qu’on en parle en recourant au canal visuel-gestuel.

SUISSE (ONU). 2008.
Y&T n° .

« Amour » en langue des signes américaine.
Fait partie d’une série de six timbres célébrant la convention sur les droits des personnes handicapées, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU en décembre 2006.

 

 

FDC Suisse


URSS

URSS. 1982.
Y&T n° .

Émis en 1982 pour le 125e anniversaire de la naissance de Tsiolkovski.

 

Entiers URSS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

URSS. 1964.
Y&T n° 2860.

Konstantine Tsiolkovski (1857-1935), savant russe dont le nom est également transcrit « Ciolkovsky », est l’un des pères de l’astronautique. Devenu sourd suite à une scarlatine contractée à l’âge de neuf ans, il est refusé par les écoles et devient autodidacte. Il construit sa culture scientifique grâce à la bibliothèque de son père, et apprend seul les mathématiques. À 16 ans, il calcule la force centrifuge qui permettrait à un vaisseau spatial de quitter la terre. A 25 ans, il est nommé professeur de mathématiques et de physique dans un collège.
Dès 1883, il énonce l’idée d’utiliser la propulsion par réaction pour lancer des engins vers d’autres planètes. En 1903, il fait paraître « Exploration de l’espace cosmique par des engins à réaction », ouvrage dans lequel il décrit les lois du mouvement d’une fusée.
En 1929, il fait publier « Les Trains de fusées cosmiques » où il énonce la théorie des fusées à étages.
Chercheur solitaire que sa surdité contribue à isoler, il est trop en avance sur son époque pour obtenir les moyens d’expérimenter ses idées. Il bénéficie cependant d’une reconnaissance tardive et est élu à l’Académie des Sciences de l’URSS en 1918. Un musée qui porte son nom lui est consacré à Kaluga.
De nombreux autres timbres en l’honneur de Tsiolkovski ont été émis, tant en URSS même que par les services postaux de différents pays : Bulgarie, Côte-d’Ivoire, Corée du nord, Cuba, Guinée équatoriale, Kazakhstan, Roumanie…

Entiers URSS.


VATICAN

VATICAN. 1936.
Y&T n° 78/79.

Exposition mondiale de la presse catholique à Rome.

Saint François de Sales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FDC France


YOUGOSLAVIE

YOUGOSLAVIE. 1955.
Y&T n° 677.

Deuxième congrès de la Fédération mondiale des Sourds-muets à Zagreb.

 

 

 

 

 

FDC
Pin's.

YOUGOSLAVIE. 1969.
Y&T n° 1236.

Onzième Jeux sportifs mondiaux des sourds à Belgrade.

La mention « CISS » qui figure sur le timbre désigne, en français, le Comité International des Sports Silencieux.

 

 

 

 

FDC


ÎLES
CHYPRE

CHYPRE. 1981.
Y&T n° 553.

Année internationale des personnes handicapées.

Image de la langue des signes (signe non identifié).

 

CHYPRE. 1994.

Parmi les diffrents handicaps reprsents, loreille rfre la surdit.

 

 

 

 

 

 

 


GRANDE-BRETAGNE

GRANDE-BRETAGNE. 1981.
Y&T n° 978.

Année internationale des personnes handicapées.
Épellation du mot « deaf » (sourd) dans l’alphabet manuel propre aux sourds anglais.

Flamme
FDC
Pin's

 


IRLANDE

IRLANDE. 2000.
Y&T n° .

Thomas Edison (1847-1931), célèbre inventeur devenu sourd à partir de l’âge de onze ans.
On lui doit notamment l’invention du phonographe, du télégraphe et de la lampe électrique à incandescence.
Il manque de peu l’invention du téléphone, Graham Bell déposant son brevet avant lui.

De nombreux timbres-poste d’autres pays lui rendent hommage.

Timbre Mali.
Timbre San Marin.


JERSEY

JERSEY. 2010.
Y&T n° .

Sur le thème de la diversité culturelle, avec l’oreille barrée.
Fait partie d’une série de quatre timbres émis pour le centenaire du scoutisme féminin, fondé en 1910 par Robert Baden-Powell et organisé par sa sœur Agnes puis sa femme Olave.

FDC


MALTE

MALTE. 2006.
Y&T n° .

Timbre de la série Europa sur le thème de l’intégration sociale.
Dans la rangée du bas qui montre de manière très stylisée différents handicaps, un personnage avec des écouteurs représente un enfant sourd. Deux autres personnages, un bâillon symbolique sur la bouche et sur les yeux, représentent respectivement la mutité et la cécité.

 

 

 

 


ILE-DE-MAN

ILE-DE-MAN. 1986.
Y&T n° 319.

« Paix à Noël ».

En arrière-plan, l’alphabet manuel anglais.

 

 

 

 

 

 

MAN (île de) 1996.
Y&T n° .

Chien Mongrel pour sourds.

 

 

MAN (île de) 1996. Y&T n° .

En bas à droite sur le bloc souvenir dans lequel est inclus le timbre-poste : chien Mongrel pour sourds.

Timbre Tadjikistan.
Timbre Turks et Cairos.
Pin's Grande-Bretagne.